Archives mensuelles : janvier 2010

Pour toucher, vaut-il mieux faire rire ou pleurer?


Sécurité routière, drogues, discrimination… Des campagnes de sensibilisation sont régulièrement lancées autour de ces grands thèmes. Et pour toucher largement l’opinion publique, la seule solution, c’est du média. Affichage, presse, spots TV, web… Les grandes causes se déclinent sur tous les supports! Au fil des ans, deux écoles se sont formées. Avec d’un côté, des images toujours plus dures, envoyant des messages chocs que l’on espère faire garder à l’esprit de chacun. De l’autre, on peut répertorier des campagnes jouant sur l’humour et l’ironie. Si le spot fait rire les gens, ils en parleront le lendemain, à leurs amis, à leurs collègues, et le message passera mieux!

C’est, vous vous en doutez, à ce deuxième type de campagne que je vais m’intéresser aujourd’hui. En effet, utiliser des ressorts comiques permet également de sortir du lot et offre une meilleure mémorisation.

Dernièrement, c’est l’association Aides qui s’est faite remarquer en diffusant sur le web un clip conçu par TBWA Paris, attirant l’attention de façon drôle et décomplexée sur le port du préservatif. Un vrai succès: plus 3 millions de vue au compteur en dix jours! (A noter que la vidéo n’est plus accessible sur youtube si l’on ne peut fournir la preuve de sa majorité… La bêtise triomphe toujours.) Ici, c’est l’aspect comique de la vidéo qui lui a permis d’être diffusée aussi vite: on l’a vue, on l’a partagée, on l’a envoyée, on l’a retwittée… En aurait-on fait de même avec une vidéo nous exposant en gros plan les ravages de l’herpès?

L’humour aide à la diffusion du message, mais il aide aussi à sa mémorisation. Aujourd’hui, on assiste clairement à une banalisation des images violentes. Cela pousse parfois les campagnes de prévention à la surenchère, notamment dans les domaines de la drogue et de la sécurité routière… « Puisque les images chocs sont rentrées dans notre quotidien, on va produire des spots encore plus choquants. » Mais le résultat est souvent contre-productif: les images sont noyées parmi toutes les autres. Un spot pour la sécurité routière, c’est (presque) toujours la même chose, ça fait jaser pendant deux jours, et au final tout le monde s’en fiche. A l’inverse, les campagnes presse mettant en scène Sam, le gentil conducteur qui ramène chez eux tous ses amis ivres, ont eu un impact très large, en attestent les multiples détournements…

Dernièrement, la campagne anglaise « Embrace Life » a réussi à produire un film émotionellement très fort sans aucune image violente:

Enfin, saluons le spot dont nous avions déjà parlé, sans doute un des meilleurs de l’année dernière, sur le don d’organes. « 1 minute pour en parler », réalisé par I&E Expressions et Jesuisbiencontent.

Alors, plutôt que d’essayer de surnager parmi la marée de spots dramatisants, pourquoi ne pas faire preuve de créativité? Le public en sera toujours reconnaissant…

Clem.

Publicités

Geoffrey Dorne répond à nos questions


Geoffrey Dorne, designer graphique dans l’édition et le web, a pris le temps de répondre à nos questions. Rappelons pour ceux qui ne le savent, Geoffrey Dorne a notamment découvert la « fail typographique » d’Hadopi. Son site professionnel nous en dit long sur son savoir-faire : http://www.geoffreydorne.com/
Il s’occupe aussi du site jaffiche.fr et du fameux blog graphism.fr (que je recommande fortement).

.

  • Pour débuter, quelques mots sur ton parcours ?

Bonjour 🙂
Concernant ma formation, une fois le bac obtenu, j’ai étudié une année de beaux-arts pour prendre le temps de préparer les concours des grandes écoles d’arts de Paris. J’ai ensuite réussi le concours de l’Ensad (Ecole Nationale Supérieur des Arts Décoratifs) et intégré la section design graphique & multimédia. Aujourd’hui, je suis diplômé (bac+5) de l’Ensad avec un mémoire sur l’interface & l’usage des applications en ligne & un diplôme sur le hacking citoyen. Aujourd’hui, je suis chercheur en identité numérique mobile à l’EnsadLab avec Étienne Mineur & Rémy Bourganel. Côté professionnel, j’ai commencé mon métier de designer graphique indépendant il y a 3 ans, je vogue donc de projets en projets & j’apprends, j’évolue.

  • A quoi correspond ton poste de chercheur à l’Ensad de Paris ?

Être chercheur à l’Ensad est d’abord un choix que j’ai fait par curiosité, par passion. En effet, la problématique qui englobe l’identité dans la mobilité est une source de questions pour lesquelles je m’applique à trouver des réponses. Avec l’équipe d’étudiants chercheurs, nous travaillons sous forme de workshop avec des personnalités très intéressantes comme Samuel Grange (sémioticien), Manuel Lima (de visualcomplexity.com), Nicolas Géraud (inProcess), Stéphane Hugon (docteur en sociologie), et des entreprises également. C’est passionnant.

.
  • Quel est ta vision du design actuellement, et plus précisément du webdesign, une jeune discipline?

Pour moi, le design est une discipline globale qui agit sur l’ensemble d’un processus et qui embrasse chacune de ses étapes. Concernant le webdesign, la discipline commence quand même à avoir de l’âge et il y a encore beaucoup de travail notamment en matière de typographie, de lisibilité, d’iconographie, d’interface & de simplicité.

  • Et du secteur de l’emploi ?

En tant que designer indépendant j’ai la chance de côtoyer de nombreux domaines du secteur de la création, des entreprises petites aux grosses structures. Des structures nouvelles se créent, avec une architecture différente, plus souple. Certaines entreprises également commencent à avoir une certaine exigence sur le rapport entre leur image réelle & leur image communicationnelle, il faut que tout cela soit cohérent.

  • Des conseils pour être designer ?

Ne pas chercher à être designer. La curiosité & le travail.

  • Parlons du web: Hadopi sera opérationnel au printemps. Que penses tu de cette loi ?

Pour m’être engagé graphiquement (affiches & visuels « Christine is watching you ») & avoir manifesté contre cette loi, je trouve cette loi obsolète, mensongère mais elle aura prouvé son utilité dans une certaine prise de conscience du web.

.
  • Un dernier mot ?

Rester libre & apprendre… et regarder le ciel bleu trois fois par jour 🙂

.

.

Encore merci à Geoffrey pour le temps qu’il nous a consacré.

Tim.

Qu’avons nous Com’Actu #5


Quelle semaine mes amis ! Bill Gates et Jackie Chan sont arrivés sur Twitter … Plus sérieusement voici quelques nouveautés comme par exemple un article sur le traité : ACTA qui pourrait tuer le 2.0. Ce traité reste secret, les fuites sont rares et c’est pour ces raisons qu’il va falloir suivre ce traité en cours de négociation car sa réglementation pourrait bien changer des choses dans le monde « Internet »…

Continuons avec Internet. Suite au fameux rapport Zelnik, certaines idées avaient été dégagé comme la « taxe Google » ou encore les subventions pour les internautes notamment pour les jeunes (15-24 ans) qui seraient pour Françoise Benhamou une « fausse bonne idée ». Ses réactions sur Rue 89.

Connaissez vous la marque « Innocent » ? Une marque éco-responsable spécialisée dans les smoothies. Voici son histoire.

Voici la voiture Innocent :


Web 2.0

Bien que le traité : ACTA soit sa bête noire, le 2.0 se porte plutôt bien (étude : à voir). Mais certains remettent le système des réseaux sociaux en cause et ils ont raison car qu’est-ce qui les maintien économiquement parlant (ici) ?

La guerre entre Twitter et Facebook s’arrêtera-t-elle ? Facebook a, encore une fois, copié une spécificité de Twitter. Le fameux « RT » existe sous la forme du « VIA » sur facebook (ici) …

Iphone

Qui a créé l’Iphone ? Certes c’est Apple mais plus précisément ? C’est un chercheur français : Jean-Marie Hullot. C’est lui aussi qui a incité Steve Jobs à se lancer dans la création de mobile (ici).

Vous voulez vous amuser à créer l’apparence d’une application pour un Iphone ? il y a un site pour ça 😉

Google

La grande firme internationale risquerai de partir de la Chine ? Oui, sous ordre de Barrack Obama ! Après un certain raz-le-bol, suite à des informations dérobées au sein de leur système, Google arrêterai de censurer son moteur de recherche en Chine ce qui, bien entendu, ne plaira pas au gouvernement chinois (ici).

Google Wave est en phase de Beta mais voici quelques informations sur son utilisation dans cet article ainsi qu’une image montrant toute ses possibilités et les comparant à ce qui existent déjà … bluffant.

Pour finir, voici un article sur Logorama qui est enfin sorti et que vous ne trouverez que sous forme de trailer. C’est pourquoi je vous invite à aller voir le making-of. Logorama, qui a été produit par H5, s’est fait attendre 6 ans en raison du travail nécessitant beaucoup de recherche pour ce qui est des logos (castings), de la ville (Los Angeles) etc … Le site : http://www.logorama-themovie.com/

L’homme mystérieux de la pub…


Quel est le lien entre la pub « Eyebrows » de Cadbury (Fallon Londres), et celle du « Chocolate Man » d’Axe ?

« Eyebrows », Cadbury

« Chocolate Man », Axe

L’homme « étrange » de la pub, Tom Kuntz, qui, à 37 ans, a déjà réalisé une cinquantaine de spots publicitaires, sans compter les courts métrages et les clips vidéos.

Ce réalisateur, certes excentrique comme on peut le voir dans ses réalisations, a été largement récompensé ces dernières années : nominé deux fois (en 2007 & 2009) pour le prix du « Best commercial of the year » au DGA Awards, il a remporté des prix tel que le Lions à Cannes, Effies, Clio.

(Très) Bref historique…

Cet homme est non seulement étrange de par ses réalisations, mais un véritable mystère tourne autour de lui. Impossible de trouver quoi que ce soit sur son passé, sa vie … De Wikipédia à son site internet, on ne parle que de ses créations.

Il commence par réaliser des clips musicaux (pour Electric Six notamment) chez Propaganda film juste après un rapide passage chez MTV où il a crée quelques spots pour la chaine musicale.

The Avalanches « Frontier Psychiatrist »

Il produit depuis 2001 chez MJZ London et réalise des spots publicitaires pour des agences telles que Fallon London (la fameuse publicité pour Cadbury) ou encore pour Wieden&Kennedy Amsterdam et Portland.

«  Mumble » The Natural Confectionery Company

Careerbuilder.com, Wieden & Kennedy, 2009

En 2003, il dirige le film « The Onion’s Movie » avec son partenaire créatif Mike Maguire (Ce film a été écrit par les journalistes de « The Onion », un journal satirique américain de fausses nouvelles)

Voici les pubs qu’il a récemment crée pour Coca-Cola et qui, je trouve, sont particulièrement réussies. « Crave » donne réellement envie de boire une bouteille de Coca-Cola,et « Library » est originale.

Coca-Cola – « Crave », Wieden & Kennedy Amsterdam

Coca-Cola « Library », Wieden & Kennedy Amsterdam

Sur son site, Kuntzmanor, il présente quelques unes de ces meilleures créations et notamment des courts métrages qu’il a réalisé avec Mike Maguire, tel que « Tokyo Breakfast » qui est une parodie loufoque de la vision japonaise du quotidien d’une famille américaine ».

Tokyo Breakfast

Tom Kuntz est indéniablement l’un des créatifs les plus doués de ces dernières années, comme nous le montre l’originalité et l’inventivité de ces spots publicitaires.

Cach’

Qu’avons nous Com’Actu #4


Une semaine et de nombreux évènements…

En tout premier lieu, je vous conseille cet article de Pierre Chappaz, d’après lui la « blogosphère » serait le cinquième pouvoir (après L’éxécutif, le législatif, le judiciaire et la presse).

.

Commençons par la nouvelle série Hadopi !

Épisode 1 : « Hadopi copie ! » la typographie de France Telecom (à voir).

Épisode 2 : « Hadopi en retard … » sur le dépôt de son nom de domaine et s’est fait devancer par un individu qui avait déposé « Hadopi » en tant que marque auprès de l’INPI 6 mois plus tôt.

Épisode 3 : « Hadopi le refoulé ! ». Son budget communication en ferai rêver plus d’un. Seul bémol, aucune agence n’en veut. Car l’agence qui travaillerait pour Hadopi se mettrait toute les sociétés Internet à dos avec une connotation « d’anti-Internet ».

Sans compter les remous qui vont nous arriver d’Outre-Manche, où les associations de créateurs anglais ont fermement critiqué le Hadopi local, que le gouvernement anglais veut mettre en place…  Ca se lit sur le très sérieux ReadWriteWeb.

.

.

Continuons dans l’actualité avec Google. Le géant veut arrêter de censurer la Chine sous l’ordre d’Obama et partir si il le faut (ici), mais continuera sa censure dans d’autre pays totalitaires.

Une Biographie de Google, très intéressant.

.

Facebook :

Facebook a dépassé pour la première fois Google en terme d’audience (Voir ici). Audience qui va peut être baissé due à une nouveauté permettant de répondre aux alertes facebook par sa boite mail (ici).

.

Guerilla Marketing :

Article sur une marque de bière qui utilise les conditions climatiques pour se faire de la pub.

.

Article sur une campagne d’affichage Honda assez innovante.

.

.

Réalité Augmentée :

Piloter un hélicoptère avec son Iphone, c’est possible ? Oui

Tim.

2010 sous les auspices du «web green» ?


L’année 2010 débute, engendrant une espérance de renouveau dans les domaines que nous affectionnons. C’est donc l’heure des rétrospectives, mais aussi des prévisions, et c’est la raison pour laquelle je voulais vous faire part d’une réflexion. Après quelques recherches, une question me taraude : 2010, l’année du «web green» ?

Y a t-il une réelle présence de l’écologie et du développement durable sur Internet ? Bien sûr que oui, bon nombre de blogs et de sites verts fleurissent sur notre très chère toile. Mais ces plateformes sont-elles le centre d’intérêt primordial des internautes ? Et s’ils savent que ça existe, vont-ils vraiment s’ y informer?

Combien de personnes sont au courant que Facebook consomme autant qu’un TGV duplex qui circulerait 365 jours par an, 24 heures sur 24 ? Car pour permettre l’utilisation de ce réseau à tout le monde, Facebook utilise 30,000 serveurs web (ce chiffres ne cessent d’augmenter) fonctionnant 24h sur 24, des milliers de serveurs de stockage des données ce qui avoisine les 100 millions de kW par an … Peu de personnes sont au courant des répercutions que peuvent entraîner certaines plateformes comme Facebook.

Le problème est posé: bon nombre d’internautes utilisent Internet sans avoir vraiment conscience de leur répercussion sur l’environnement. Et là est le problème, le manque d’information sur ce sujet est flagrant.

Nous vivons actuellement dans une société où nous pouvons retrouver deux mondes en interdépendance, le monde physique et virtuel. Dans la vie de tous les jours, nous utilisons des objets qui polluent plus ou moins. Prenons la voiture par exemple, qui nous permet d’aller d’un point A à un point B, il a fallu de nombreuses années pour que tout le monde comprenne que celle-ci rejette des gaz nocifs dans l’air. Prenons un outil similaire, qui nous permet d’aller d’un point A à un point B mais dans le monde virtuel, c’est à dire l’ordinateur (ainsi que les smart phones …etc). Peu de personnes sont au courant de son impact environnemental (mis à part sa destruction à cause de ses composants et autres). Exemple : Pour une moyenne d’usage quotidien de 6h, un PC de gamer, haut de gamme, consomme 80€ de l’année, 34€ pour un PC de bureautique et 16€ pour un portable.Tout comme les voitures, si nous prenons un PC, il pollue peu mais si nous prenons l’ensemble des PC sur terre, les chiffres peuvent grimper relativement vite. Ce gaspillage coute 2 milliards de d’euros aux USA, 919 millions pour l’Allemagne et 330 pour l’Angleterre. D’ailleurs, une nouvelle loi a été voté aux Royaume-Uni, elle imposera à partir de 2010 aux datacenters de plus de 450 m² de rentrer dans un système de quotas de carbone. En effet, diminuer la consommation de son parc informatique, ou allonger la durée de vie du matériel, permet de diminuer ses frais de fonctionnement dans le premier cas, d’investissement dans le second.


Les actions à but écologiques se développent sur le net

Les acteurs de l’écologie surfent sur cette vague car non seulement ils touchent plus de personnes, avec des coûts moindres et en particulier ce qu’on appelle la e-génération (« Digital Natives ») composée de jeunes, qui sont les premiers concernés par ces initiatives. C’est pourquoi on peut observer les applications de Facebook verdir, de l’application “Cause” à “I’m Green” ainsi que l’apparition de sites communautaires sur ce sujet comme Tinkuy avec le slogan : «la communauté qui vous aide à devenir plus responsable». WWF est très présent sur internet, l’ONG propose même un calculateur d’empreinte écologique. Celui de la Cité des Sciences propose des calculateurs pour adultes, enfants et ados, afin que les plus jeunes puissent eux aussi participer. Il est possible de savoir combien de CO2 nous émettons chaque jour en France, en Europe et dans le monde avec le site BreathingEarth.net. Certains sites proposent de faire un classement des ordinateurs sur des critères écologiques comme EPEAT (classement réalisé par le biais de médailles)ainsi que l’explosion du nombre de labels écologiques (Blue Angel, TCO, Energy Star), sans oublier les moteurs de recherches comme Ecosia avec comme slogan « une recherche = 2 mètres carré de forêt sauvés ». Bref, a présence de sites écolos favorisant la prise de conscience de chacun est assez forte mais pas assez connu …

Un remède magique ?

Cette nouvelle année a été plombé par la fin du sommet de Copenhague, qui ne fut pas fructueux. Raison de plus pour les écologistes de renforcer leur actions, ils ne voudront pas rester sur cette mauvaise note. C’est pourquoi ils devraient promouvoir leur valeur, leur combat, leur initiative par le biais d’Internet. Ce média est en vogue depuis quelques années et la prise de conscience du potentiel de celui-ci émerge. Même Pepsi a prévu de ne pas annoncer au SuperBowl et d’investir online à la place! Au Royaume-Uni, Internet est ainsi devenu le 1er media en dépenses publicitaires devant la TV en 2009!

Internet, oui mais plus particulièrement les réseaux sociaux. Actuellement, ils ont la cote et cela ne fait qu’augmenter. Sur cette étude on peut observer l’émergence de l’Asie dans ce secteur, avec tout de même une domination des Etats-Unis.
Mais paradoxalement, si nous tapons dans le moteur de recherche de facebook «écologie», quelques groupes/pages apparaissent et comptent moins de 1500 membres pour le mieux classé. Avec «ecology», le nombre de groupes est similaire mais le nombre de membre est inférieur … A contrario, le groupe Greenpeace comptabilise 56 927 membres sur Facebook et 28,108 sur twitter (à savoir que le groupe Greenpeace Brasil dépasse, en terme de membres, le groupe Greenpeace global sur twitter … La langue espagnole étant la deuxième lange la plus parlée dans le monde, ce résultat montre tout de même l’émergence de la communauté hispanique dans ce domaine). Pour ce qui est de WWF, grand gagnant de la bataille du net, l’ONG comptabilise 247 057 membres sur Facebook et 21,427 sur twitter (encore une fois, le WWF Brasil étant supérieur au WWF global sur twitter …). Tout cela est tout de même relativement peu lorsque nous savons que Facebook regroupe plus de 300 millions d’utilisateurs (source), avec une majorité de 18-34 ans.

Rares sont les groupes/pages à réussir mais si le contenu est de qualité, si une valeur ajoutée est dégagée aux yeux des internautes, alors c’est «Bingo» ! Car l’effet boule de neige est une des spécificités des réseaux sociaux, les internautes seront prêts à viraliser les messages gratuitement, se transformant en acteur. Le but ici, ce n’est pas de parler de soi mais de faire parler de soi…

Tim.

Entendu dire …


« La notion de cible est totalement dépassée »

« Nous ne sommes pas nés pour consommer. La notion de cible de consommateurs est totalement dépassée. Même sur le très haut de gamme ou le low cost, les cibles sont différentes selon les pays, les cultures, etc. En fait, nous sommes avant tout des individus attachés à la valeur du service rendu ».

« Aujourd’hui, seule la pertinence de l’offre fonde la valeur pour le nouveau consommateur. »

Bertrand Barré, de l’agence de design Barré & Associés, auteur du livre : « All you need is L.O.V.E ».