Pour toucher, vaut-il mieux faire rire ou pleurer?

Sécurité routière, drogues, discrimination… Des campagnes de sensibilisation sont régulièrement lancées autour de ces grands thèmes. Et pour toucher largement l’opinion publique, la seule solution, c’est du média. Affichage, presse, spots TV, web… Les grandes causes se déclinent sur tous les supports! Au fil des ans, deux écoles se sont formées. Avec d’un côté, des images toujours plus dures, envoyant des messages chocs que l’on espère faire garder à l’esprit de chacun. De l’autre, on peut répertorier des campagnes jouant sur l’humour et l’ironie. Si le spot fait rire les gens, ils en parleront le lendemain, à leurs amis, à leurs collègues, et le message passera mieux!

C’est, vous vous en doutez, à ce deuxième type de campagne que je vais m’intéresser aujourd’hui. En effet, utiliser des ressorts comiques permet également de sortir du lot et offre une meilleure mémorisation.

Dernièrement, c’est l’association Aides qui s’est faite remarquer en diffusant sur le web un clip conçu par TBWA Paris, attirant l’attention de façon drôle et décomplexée sur le port du préservatif. Un vrai succès: plus 3 millions de vue au compteur en dix jours! (A noter que la vidéo n’est plus accessible sur youtube si l’on ne peut fournir la preuve de sa majorité… La bêtise triomphe toujours.) Ici, c’est l’aspect comique de la vidéo qui lui a permis d’être diffusée aussi vite: on l’a vue, on l’a partagée, on l’a envoyée, on l’a retwittée… En aurait-on fait de même avec une vidéo nous exposant en gros plan les ravages de l’herpès?

L’humour aide à la diffusion du message, mais il aide aussi à sa mémorisation. Aujourd’hui, on assiste clairement à une banalisation des images violentes. Cela pousse parfois les campagnes de prévention à la surenchère, notamment dans les domaines de la drogue et de la sécurité routière… « Puisque les images chocs sont rentrées dans notre quotidien, on va produire des spots encore plus choquants. » Mais le résultat est souvent contre-productif: les images sont noyées parmi toutes les autres. Un spot pour la sécurité routière, c’est (presque) toujours la même chose, ça fait jaser pendant deux jours, et au final tout le monde s’en fiche. A l’inverse, les campagnes presse mettant en scène Sam, le gentil conducteur qui ramène chez eux tous ses amis ivres, ont eu un impact très large, en attestent les multiples détournements…

Dernièrement, la campagne anglaise « Embrace Life » a réussi à produire un film émotionellement très fort sans aucune image violente:

Enfin, saluons le spot dont nous avions déjà parlé, sans doute un des meilleurs de l’année dernière, sur le don d’organes. « 1 minute pour en parler », réalisé par I&E Expressions et Jesuisbiencontent.

Alors, plutôt que d’essayer de surnager parmi la marée de spots dramatisants, pourquoi ne pas faire preuve de créativité? Le public en sera toujours reconnaissant…

Clem.

Publicités

2 réponses à “Pour toucher, vaut-il mieux faire rire ou pleurer?

  1. Avez-vous vu les vidéos imaginées par la fédération FRANCE ADOT ?
    L’incendie, la noyade, et dernièrement les jacquasseries et le clip « la carte tu l’as ? »
    sur le site http://www.france-adot.org – rubrique « médias » – vidéos –
    Qu’en pensez-vous ?

  2. Pingback: Com’Actu #7 « Kapecom

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s