Archives mensuelles : juin 2010

Facebook et son « like cooky » nous espionnent encore plus …


Cela fait déjà quelque temps que les discussions fusent à propos du fameux « like » de Facebook. C’est avec beaucoup de retard que j’apporte ma pierre à l’édifice …

Une arrivée triomphante pour cette nouveauté, le « like » reprend le principe du « become fan », qui s’estompa très vite et ce, pour laisser place à une indignation grandissante. C’est plutôt une bonne chose de pouvoir liker des articles et de partager tout ça sur sa page Facebook. Aussi bien pour les internautes qui revendiquent leur intérêts que pour les éditeurs de site qui voient leur articles être encore plus partagés.

Cette innovation s’accompagne d’une nouveauté technologique qui, selon moi, est tout de même impressionnante. Une nouveauté que j’appellerai le « like cooky ». Car oui, le cookie qui se dépose sur notre pauvre petit navigateur est aussi bien génial qu’effrayant.

Le problème avec cette nouveauté (déjà vieille certes) est qu’il permet à Facebook un traçage numérique relativement pointu de chaque utilisateur pour son compte personnel et ce plus exactement pour enrichir leurs bases de données de nos comportements d’internautes … Comment me direz-vous ? C’est en avril 2010, que Facebook permet aux sites Internet d’ajouter le plug-in « J’aime ». Facebook, dans sa collecte d’informations sur nos comportements, ne s’arrête pas que sur le simple fait que vous ayez visité ce site en le partageant sur la plateforme social et va plus loin. Car même si vous ne cliquez pas sur le bouton « like », un cookie est instauré sur la page/le site où le plug-in a été installé et se colle à vous dès que vous visitez une page avec ce plug-in. Autant dire que tout ceux qui ont Facebook sont « cookisés » par Facebook. Et que permet ce cookie ? Et bien la technique utilisée permet à Facebook de savoir quel site vous avez visité (à condition que les sites visités possèdent le plug-in), même si vous n’avez pas cliqué sur le bouton, même si vous vous êtes correctement déconnecté de Facebook et même si vous aviez supprimé vos cookies.

Génial et flippant … Si vous ne me croyez pas, vous pouvez toujours le vérifier par le biais d’une petite manipulation à suivre sur le très bon site ZDnet.

Mais le pire dans tout ça, c’est que les sites utilisant ce plug-in ne voient pas ces informations nominatives… en gros ,Facebook a trouver une idée de génie. Jouer de sa notoriété pour renflouer sa base de données juste en sortant un plug-in que tout le monde utilisera … L’idée sur le papier est excellente, pour ce qui est de l’éthique et de la sphère privée, c’est une autre question.

Bon nombre d’éditeur de site ont décidé d’enlever ce plug-in pour plusieurs raisons :

– Vis-à-vis de mes lecteurs, est il bon de donner toute ces infos à Facebook dans leur dos ?

– Si je les préviens, je vais perdre un certain nombre de lecteur car ils vont se sentir espionnés sur mon site.

– Suis-je d’accord pour que Facebook recueille les comportements des internautes sur mes pages ?

Bref, un problème de plus avec Facebook et la vie privée. N’oublions pas que sur Internet nous sommes tous numériquement traçable !!

Et pour ceux qui veulent ne plus être suivi par Facebook ou du moins contrer ce fameux « like cooky », il existe divers plug-in pour ça. Utilisant Firefox, je vous mets à disposition l’URL de celui que j’utilise : Je ne veux pas me faire « like cookiser » par Facebook!

Tim.

Publicités

Centraal Beheer sait faire des pubs !


Centraal Beheer, assurance hollandaise, sait faire des pubs relativement loufoques. Si nous prenons nos équivalents français, l’écart est vaste : MMA avec son sloggan insupportable, sa filiale : MAAF qui ne fait guère mieux en reprenant le principe de l’émission « Palace » des années 80, la Matmut avec nos deux compères Chevaliers et Laspalès qui sont bien plus marrants lors de leurs spectacles, Groupama et son emblème « Cerise » et j’en passe.

Allianz, assureur allemand, change un peu ce paysage publicitaire relativement médiocre chez les assureurs avec une nouvelle campagne (qui date, je suis d’accord) pour annoncer la transformation de AGF en Allianz :

Mais, cela n’engage que moi, le meilleur en matière de création de pub est bel et bien Centraal Beheer qui a toujours su faire parler de soi avec ses pubs décalées et originales. Malheureusement, elles ne passent pas en France …

Voyez par vous même :

Et voici la toute dernière : Pique-nique

Tim.

H&M inaugure le « Kids Flashmob » !


C’est avec émerveillement que j’ai découvert cette vidéo du flashmob H&M dans le Carnet Tendance Influencia : « Et si on réenchantait la rue ?« . Si vous ne lisez pas cet e-magazine digital interactif, dépêchez-vous de le faire car ici, on le fait tous !

Comme son titre l’indique, ce nouvel hors-série est basée sur toute les façons de communiquer en utilisant la rue (Street Marketing, Print, Beamvertising, Guérilla Marketing, Flashmob …) et croyez moi, il y a de la matière !

Voici un vidéo réalisée par H&M pour leur nouvelle collection pour enfants. Un flashmob réalisé à l’Union Square de San-Fransisco pour montrer que la marque est « le plus fun » selon Steve Lubornski (Directeur Marketing de H&M USA) :

source : Influencia

Tim.

The Kitchen et Dailymotion : le nivellement vers le bas


Cette mésaventure digitale est sans doute arrivée à certains d’entre vous :

Ce mois de Mai, vous regardiez tranquillement une vidéo sur un des sites de streaming les plus populaires, quand, au bout de trois minutes tout pile, la lecture se bloque. Quelques secondes s’égrènent, vous plongeant dans l’angoisse de ne pas pouvoir finir de regarder cette vidéo… Soudain, le lecteur s’ouvre littéralement, pour laisser apparaître l’intérieur d’un… micro-onde!

L’appareil, griffé Findus, vous annonce : « Vous regardez cette vidéo depuis trois minutes, le temps de préparer une savoureuse pizza Crousti’ Express ». Je vous laisse regarder cette vidéo, sur le site de Frenchclickclub. « Observez le délire », pour reprendre les mots de The Kitchen, le pôle de Grey à l’origine du dispositif :

http://www.frenchclickclub.com/campagnes/findus-crousti-pizz-express/

A côté de ça, les pop-ups, c’est la retenue incarnée…

Or, le grand défi (et la grande force!) du web pour la publicité, c’est d’arriver à capter l’attention de l’internaute dans un contexte où celui-ci est totalement libre d’aller chercher ce qu’il désire ailleurs! Le but du publicitaire web devrait être de réussir à faire une campagne tellement intéressante qu’il n’aurait pas besoin de l’imposer aux internautes comme un mal nécessaire, mais qu’au contraire ceux-ci la plébiscitent et la recommandent aux autres.

Ici qu’avons-nous? Une coupure ultra-intrusive, brutale, sans aucun avertissement préalable, et imposée au spectateur (qui, s’il est sympa, s’est déjà tapé trente secondes de pub avant que sa vidéo ne commence). Même à la télévision, média de la pub par excellence, personne ne se serait permis ça, et c’est dire le mépris qu’entretiennent certaines agences  pour les internautes.

Le dispositif a reçu plutôt un bon accueil dans la blogosphère. Le mot revenant le plus souvent était « innovant ». Mais cette publicité n’avait rien d’innovant ni dans la forme (souvenez-vous du « Salsa » de Tostitos , ça en jette quand même un peu plus ! ), ni dans le fond : aucun ciblage, un consommateur piégé, une accroche banale, un sens esthétique proche de l’architecture d’un bunker

Un jeu dangereux : à la fois pour le marché de la publicité en ligne, qui ne pourra prospérer que si ses créations se font à la fois surprenantes et discrètes. Et surtout pour Dailymotion, qui doit se taper comme ses alter-egos une gueule de bois 2.0 et être acculé au matraquage publicitaire pour faire rentrer de l’argent dans ses caisses.

Un jeu dangereux, car ce dont ces deux acteurs ont réellement besoin, c’est d’une audience impliquée, donc dans une relation de confiance. Et ces publics, à force qu’on les prennent pour des vaches à lait, pourraient bien se tourner vers d’autres plateformes qui les laisseront, elles, regarder leurs vidéos en paix, voir même les télécharger.


A lire également sur Kapecom : Le billboard beatbox par Findus (comme quoi Grey et Findus peuvent aussi faire preuve de créativité)

illustration de la campagne :  http://www.buzzetcie.com/

Clem.

Comment réagissent les annonceurs quand leurs leaders d’opinions perdent de la notoriété ? …


Nombreuses sont les marques à utiliser des leaders d’opinions pour accroître leur notoriété et leurs ventes à l’image de Nespresso avec George Clooney et John Malkovich ou bien de L’Oreal qui ne mise que sur ça. Mais quand ces stars font des gaffes, que font les annonceurs face à cette situation de pseudo « crise » ?

Tout d’abord, quel est l’impact des stars dans la publicité ?

Comme en témoigne ces slides trouvés sur le blog de Millward Brown Fr, le ROI n’est pas fameux …

Surtout si en plus de ça ces « stars » sont présentes dans plusieurs pubs provenant de marques différentes. D’après Benoît Tranzer, directeur général de Millward Brown Fr, il existe « 3 raisons principales qui peuvent expliquer l’inefficacité d’une publicité mettant en scène une célébrité «  :

– « l’histoire et la place de la star par rapport à la place de la Marque qu’elle est censée servir ».

– « le risque de dilution d’attribution à la marque et la confusion entretenue lorsque des célébrités sont utilisées dans la même période par différents annonceurs ».

– « la cohérence d’image entre les valeurs de la Marque et l’image de la star qui ne sont pas forcément très compatibles ».

Prenons 2 exemples récents et bien connus de tous : Tiger Woods et son adultère, Thierry Henry et son jeu de main.

Tiger Woods a un contrat avec Gatorade, Amercian Express, Electronic Arts, Gilette et Nike

Pour réparer son déficit de notoriété, il a réalisé des excuses publiques.

De manière officielle :

Et sur demande de Nike :

Il fut retiré un peu de la scène médiatique puis il réapparaît quelques semaines plus tard dans différentes pub « cool ».

A noter que la plaquette des jeux de Tiger Woods change bizarrement pour la version 2011 … Et bizarrement les premières pubs de l’édition 2011 ne se font pas avec Tiger Woods (Rory McIlory) … le jeux porte tout de même son nom ! Et c’est que récemment que nous le voyons (« vidéo cool ») … Trop de « bizarre » qui me pousse à penser qu’il y a une corrélation entre ce plan de com et son adultère …

Vidéo pour son jeu où il n’y figure pas (sortie : il y a plus de 2 mois) :

Vidéo « cool » (sortie : il y a quelques jours) :

Pour toute les autres marques, Tiger Woods n’a pas réalisé de nouvelles pubs … Comique non ?

Passons maintenant à Thierry Henry, il a cinq sponsors : Gillette, Pepsi, Reebok, Konami et SFR.

Gillette a décidé, suite à la fameuse main qui nous a permis une qualification pour la coupe du monde, de couper la main du footballeur que sur le site français …

Il a réalisé une pub pour Pepsi il y a 2 mois.

Non seulement il est enfoui dans un flot de star (Akon, Kaka, Drogba, Messi, Arshavin, Lampard etc …) mais en plus de ça, il n’y a pas une scène où il touche le ballon … sur plus de 2min de vidéo … Vous me direz que je cherche le mal partout mais avouez que tout ça se tient !

Et ce n’est pas fini, sur la dernière pub SFR, il n’apparait pas. On l’entend juste et on voit une photo de lui …Non seulement il a une perte de notoriété public mais au sein du milieu footbalistique c’est la même chose : il joue de moins en moins à Barcelone et il commencera sur le banc de remplaçants lors de la Coupe du Monde … Une descente aux enfers ? Ah ah je ne suis pas un tabloïd people, je m’arrête là !

Bref, cette liste n’est pas exhaustive mais montre comment les annonceurs gèrent leur leader d’opinions lorsqu’ils ont un déficit de notoriété …

EDIT : Et j’en remets une couche ! « Quick a décidé d’arrêter sa campagne de publicité avec Nicolas Anelka. Le footballeur français, actuellement au cœur d’une polémique après avoir tenu des propos injurieux envers Raymond Domenech, a été renvoyé de la Coupe du monde de football par la fédération française. « Le temps que les esprits s’apaisent, nous suspendons le spot télévisé et l’affiche sur laquelle se trouve [Nicolas Anelka] », a indiqué une porte-parole de Quick à l’AFP. L’enseigne avait déjà utilisé l’image du joueur lors de campagnes précédentes. Nicolas Anelka est également en contrat avec Pringle’s, la marque de chips du groupe Procter & Gamble. » via Newsletter Stratégies du 21/06/2010 …

source : Marianne2.fr

Tim.

Axe : Rise Up Girls ou comment avoir 10 femmes au réveil !


Il y a de ça quelque temps, Axe faisait de la promotion pour son nouveau gel douche et ce, par la biais de 3 spots TV. Souvenez vous en, c’était ici. Axe donne suite à cette campagne avec la nouvelle vidéo « Rise Up Girls ». Juste 4 mots avant que vous visionnez la vidéo : « Lucky boy/Unlucky boy ».

Music : Jukebox Collective

En plus de ça, Axe te fait gagner un réveil en live par 10 sublimes filles sur leur site : www.riseupgirls.fr

Évidemment cette pub nous rappellera obligatoirement celle du « Moonwalking Bear » ou comment focaliser les spectateurs sur quelque chose de secondaire :

Source : Buzzman

Tim.